Expérimentation Numérique Interactive et grains logiciels 3.0

Accueil > Expériences en ligne > Systèmes dynamiques > Structures de Turing

Structures de Turing

Rajouté le lundi 10 juin 2013
Jean-René Chazottes , Marc Monticelli

Alan Turing a éte le premier à proposer un modèle rendant compte de la très grande diversité des motifs dans la nature, comme par exemple les pelages d’animaux. Ce modèle est basé sur des équations de type "réaction-difusion" de la forme(*)

$\begin{cases} \frac{\partial u}{\partial t}=f(u,v)+A \nabla^2 u\\\frac{\partial v}{\partial t}=g(u,v)+B \nabla^2 v\end{cases}$

où $u(x,y,t)$ est la concentration au point $(x,y)$, à l’instant $t$, de l’activateur (qui colore la peau) et $v(x,y,t)$ est celle de l’inhibiteur (qui empêche l’activateur de s’exprimer). Les coefficients positifs $A,B$ sont les coefficients de diffusion.

Dans l’expérience numérique ci-dessous, on a une portion du plan $(x,y)$ et on a pris $f(u,v)=u(v-1)-12$, $g(u,v)=16-uv$. Ce qui est représenté est le minimum de $u(x,y,t)$, en noir, et son maximum, en rouge.

(*) $\nabla^2$ est le laplacien : $\nabla^2 u=\frac{\partial^2 u}{\partial x^2}+\frac{\partial^2 u}{\partial y^2}$.

Pour intégrer cette simulation dans vos propres pages web :

<iframe style="overflow: hidden;" src="http://experiences.math.cnrs.fr/simulations/sysdyn-Morphogenese/index.html" height="600" width="800" frameborder="0" scrolling="no"></iframe>

Voir en ligne : Structures de Turing